Manon Pichot, finaliste dans la catégorie professionnelle entourée de Béatrice Fabignon, de la Caporale-chef Roumilda Nonmeu (2e), de Dimitri Coumond (3e) et d'Emmanuel Fournis.

Thomylyne Pelage et Manon Pichot sont les grandes gagnantes de la quatrième escale du Trophy Table Art , concours itinérant des Arts de la table organisé par la cheffe Béatrice Fabignon. La première, dans la catégorie jeunes en formation, la seconde chez les professionnels. Les résultats ont été proclamés samedi soir, au Karibea Beah hôtel au Gosier, où s’est déroulée la manifestation pendant deux jours.Ils étaient dix sélectionnés dans chacune des catégories. Vendredi et samedi, les candidats du Trophy Table Art (TTA), concours valorisant les filières professionnelles du service de l’accueil, des arts de la table se sont affrontés lors de sept épreuves. D’abord les jeunes en formation puis les professionnels. Entre la mise en place d’un table de deux couverts, la découpe d’une volaille en salle, la décoration florale,etc., les participants ont dû gérer leur stress face au jury présidé par Franck Josserand, meilleur ouvrier de France et mettre en pratique leurs acquis.
Dans la catégorie jeunes en formation, c’est Thomylyne Pelage,16 ans en première STHR (Sciences et technologies de l’hôtellerie et de la restauration ) au lycée hôtelier du Gosier qui a remporté ce concours. « Je voulais découvrir le monde des concours, apprendre de nouvelles choses. En y participant, j’ai appris des choses que je n’avais pas vues, que je testais pour la première fois et j’étais très surprise de voir que je m’en sortais bien. Par exemple, je n’avais jamais découpé un poulet de la façon dont cela nous a été demandé. On s’est beaucoup entraîné avec les professeurs et quand il a fallu le découper, ça s’est fait tout seul », confie la lycéenne.

Valoriser les jeunes
Pour Manon Pichot, 19 ans en 2e année de BTS Management de l’hôtellerie et de la restauration au lycée hôtelier, c’était aussi une première. Encouragée tout comme ses camarades de classe par ses professeurs, elle a tenté l’aventure « motivée mais sans conviction de gagner. J’y allais pour participer, avoir une nouvelle expérience et savoir où j’en suis au niveau de la salle parce que je viens d’un bac pro cuisine. La cuisine c’est ma base mais le service c’est la complémentarité de la cuisine et je trouvais ça intéressant d’apporter une autre corde à mon arc. Je suis très fière, j’ai été très surprise au niveau des résultats parce que malgré tout, j’estime que j’étais en présence de professionnels ».
Après la Martinique, la Guyane et La Réunion, le bilan de cette quatrième escale du TTA est « positif » selon la cheffe et fondatrice du concours Béatrice Fabignon. « Les dix candidats jeunes et professionnels étaient présents, il y avait même trop d’inscrits, ça fait plaisir. On est très fier, le niveau est bien présent, il faut continuer à le valoriser », souligne-telle. Car l’objectif du TTA c’est aussi cela, donner une meilleure visibilité à ces métiers du service, de l’accueil… parfois oubliés et qui sont essentiels dans le domaine du tourisme.
Thomylyne Pelage et Manon Pichot continueront quant à elles, à se perfectionner pour représenter dignement leur établissement et la Guadeloupe lors de la grande finale à Paris, fin 2020.

Manon Pichot, finaliste dans la catégorie professionnelle entourée de Béatrice Fabignon, de la Caporale-chef Roumilda Nonmeu (2e), de Dimitri Coumond (3e) et d’Emmanuel Fournis.
Parmi les épreuves, la réalisation de deux cocktails et la création d’une assiette exotique de fruits de saison. (Photo : C.L.)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici