Il y a quelques semaines, dans un grand moment de flemme, et de fainéantise, je vous ai demandé, vous lecteurs et lectrices de Créola de participer à l’élaboration d’un article sur la FIERTE !

Je vous ai posé la question suivante: RACONTE MOI LE JOUR OU TU AS ETE FIER/E DE TOI

Le but étant en vrai de se célébrer.
Une façon simple de se rappeler le chemin parcouru ! Beaucoup d’entre vous, ont accepté de jouer le jeu, best-of :

 

TROUVER SA VOIE

« Le jour où j’ai décidé de devenir makeup artist.

Depuis petite je n’ai jamais su ce que je ferai dans la vie, j’étais très indécise, j’ai fait plusieurs petits boulots, essayé certains diplômes en vain.
Mais j’ai toujours eu une admiration pour les fards à paupières et les paillettes, sur le fait d’arriver à sublimer la femme avec une poudre et un rouge à lèvres.

Aujourd’hui je travaille avec plusieurs personnes, des personnes influentes, et je suis hyper fière car j’ai surtout plus confiance en moi.»

CONTINUER A SE BATTRE

« je suis fier de… n’avoir jamais rien lâché.

Après l’obtention de mon diplôme, j’ai passé 3 ans à essayer de travailler dans ma branche, sans succès. Je suis rentré à Mada dans l’idée de travailler dans le secteur qui me passionne, l’automobile. J’ai réussi à intégrer un grand groupe en tant que préparateur de commande. J’ai bossé comme un malade pendant deux ans, je suis devenu responsable logistique. Quand j’ai voulu partir, mon patron m’a donné sa bénédiction contrairement à ma famille pour qui « un cdi, une belle voiture et habiter chez maman » est une vie.

Je suis parti en France, j’ai pris mon appart, acheté ma voiture, et commencé à travailler au siège de Volkswagen dans la foulée.

La peur du changement est légitime, les repères ne sont plus là. Toutefois ce saut dans le vide a du bon. Il permet de se connaitre soi-même, développer les acquis et donner envie d’acquérir de nouvelles connaissances. »

 

AFFRONTER SES PEURS

« le jour où j’ai dansé de la bachata devant 200 personnes alors qu’avant j’étais phobique sociale. »

 

CONTRE VENTS ET MAREES

« Je suis fière de moi d’avoir réussi à lancer une deuxième boutique dans l’entreprise familiale alors que les circonstances étaient contre moi, puisque familialement et professionnellement ça s’accordait très mal au vue des difficultés financières … on était à 2 doigts de tout laisser tomber, au final on a lancé la 2e boutique. Si y’a un truc dont je dois être fière récemment c’est ça : ne pas avoir lâché et d’avoir eu le courage d’aller au bout. »

 

GARDER LE CAP 

« Je suis extrêmement fière d’avoir validé ma première année de master entre les cours, les examens, les difficultés financières et mon statut de jeune maman. J’ai vaincu ! »

 

PARDONNER

« Le jour où j’ai pardonné à mon père, son abandon, sa violence… Je lui ai pardonné ses écarts car j’ai pris conscience qu’il était humain avant d’être mon père. »

 

ENVERS ET CONTRE TOUS 

« Le jour où j’ai eu mon diplôme à la Barbade. J’ai essuyé pas mal de critiques toujours en conflit avec mon père, peu de gens y croyaient vraiment. Cette victoire est avant tout celle d’une maman qui n’a jamais douté de sa fille et qui a donné chacun de ses centimes pour financer son éducation coûteuse. Moi, seule française de ma promo j’ai défié les regards méprisants de certains locaux et je me suis prouvée que j’avais énormément de potentiel, moi qui doutais tout le temps ! »

 

PRENDRE SA PETITE REVANCHE SUR LA VIE

« J’ai toujours eu une fascination pour la langue anglaise. Mais au lycée, l’anglais ne m’aimait pas. PAS DU TOUT ! On se moquait même de moi tellement j’étais nulle. Alors je me suis jurée de partir vivre aux USA pour apprendre la langue. Aujourd’hui je suis prof d’anglais B**CH ! »

 

DEVELOPPER LA RESILIENCE

« Le truc dont je suis le plus fière, c’est d’avoir surmonté ma dépression parce que je ne voulais pas céder aux médicaments, aux antidépresseurs, je ne voulais pas perdre ma personnalité. Et surtout cette zone neutre post-dépression où tu ne sais plus qui t’es, tu ne sais plus ce que t’aimes… ça c’était dur, et j’ai surmonté ça. »

 

YOU DA BOSS

« je suis fier d’avoir monté mon entreprise. »

 

SE DECOUVRIR PLUS FORTE

« La chose la plus dure que j’ai réalisée dans ma vie et qui m’a rendue fière de moi (et ce jusqu’à nouvel ordre) est ma Formation Militaire Initiale.

Les épreuves militaires et physiques étaient assez dures. J’ai appris véritablement le dépassement de Soi et acquis le goût de l’effort.
J’ai réalisé des épreuves dont je ne me croyais pas capable. Je me suis vraiment surpassée sur le plan physique personnel et mental.
En fin de formation je suis sortie major de ma promotion dans la catégorie femme. J’ai reçu des félicitions et des récompenses de la part de mon supérieur.

Je suis fière de constater que j’étais capable de réaliser et d’encaisser des épreuves difficiles. Ça a forgé mon caractère. Aujourd’hui je suis plus courageuse persévérante et forte en toute circonstance. »

 

 

PARTIR

« Je suis fière d’être partie. Ça peut paraître banal, mais beaucoup de personnes, principalement des femmes, n’ont pas la force de sortir d’une relation qui ne leur conviennent pas. Par peur de perdre leur confort, pour les enfants… Je suis fière d’être partie, il y a eu des difficultés surtout financières, mais j’ai su assurer pour nous deux.

Je suis fière en tant que FEMME de l’avoir fait. »

 

CROIRE EN SOI

« Je suis fière d’être qui je suis en fait : d’avoir cette personnalité, cette façon de penser, et de l’avoir conservée et cultivée malgré toutes les remarques négatives que j’ai pu avoir. D’avoir eu confiance en ma personnalité atypique aux yeux des autres. En te parlant là, je crois que je réalise que j’ai confiance en moi maintenant, c’était le plus gros combat. »

NE RIEN LACHER

« La première fois où je me suis fait des bénéfices. Quand je me suis lancé j’étais en galère: pas de taff, très peu de ressources. Je n’y connaissais rien en trading, mais j’avais plus de solutions j’étais dos au mur. Ma femme me faisait sentir que mes maigres revenus ne suffisaient pas et moi-même je le sentais.

Alors j’ai investi mes dernières économies. C’était encore plus dur parce que c’était quitte ou double. Et personne n’y croyait même pas moi. Mais quand t’es dos au mur tu deviens créatif.
Pendant deux ans je n’ai fait que conserver mon capital et en 2017 après de nombreux échec, j’ai commencé à me faire des sous et j’ai pu me faire mon premier salaire. »

VOIR LE BOUT DU TUNNEL

« Le jour où j’ai eu mon diplôme ET ma voiture. 2018 était une année assez difficile, beaucoup de problèmes sur le plan personnel et scolaire. Mon stage était nul, je n’avais pas confiance en mon rapport de stage… Bref gros bordel ! J’avais toujours des séquelles du lumbago, la Corsa roulait mais le moteur faisait de la mayonnaise.

Fin septembre j’achète ma nouvelle voiture, le truc se fait en 5/5. Je la récupère et part en France en congrès (je travaillais), j’avais complètement oublié cette histoire de master.
Je rentre le 1e octobre, le lendemain, vers 12H30, ma copine m’appelle et me dit: «félicitations sexy» confusion mentale 1000000% Mais de quoi parle t-elle ? Quand j’ai compris, je suis allée pleurer aux toilettes et appeler ma maman. »

 

ETRE EN PHASE AVEC SOI-MEME

« Je suis fière d’être persévérante quand personne n’y croit autour de moi, fière d’avoir appris à être honnête envers moi, j’avance tellement plus vite. Fière d’avoir appris à m’affirmer tout en gardant ma personnalité ».

_______________________________

 

Merci à tous pour avoir partagé ces moments de vie et pour ces histoires si motivantes!

Mais être fier de soi c’est pas si simple en fait!

Tout d’abord à cause de la connotation négative que ce mot peut avoir. Genre si t’es fière de toi, c’est que tu te la pètes. Or il y a une véritable différence entre fierté et orgueil…

Ensuite, j’ai l’impression qu’on n’a pas la culture de la fierté. Pour les raisons précédemment évoquées c’est mieux d’éviter de dire qu’on s’est kiffé à un instant T de notre vie. Et ce phénomène s’exprime très souvent dans la société française où l’autoflagellation est mieux acceptée.

On peut être fier et humble à la fois!

Et d’ailleurs beaucoup d’entre vous ont buggé quand je leur ai posé cette simple question, ne trouvant AUCUN exemple à me donner! C’est fou ça quand même!

Souvent on passe par des épreuves difficiles. Souvent aussi, on se relève. On se dit « ouf tout ça est derrière moi! » Mais on n’oublie de se dire que si on a surmonté tout ça c’est avant tout grâce à nous-même et grâce aux différentes stratégies que nous avons mises en place.

Être fier de soi c’est se féliciter mais aussi et surtout se rappeler qu’on a surmonté une épreuve, et que donc on est capable d’en surmonter beaucoup d’autres.

Bref c’est stimuler son amour propre, sa confiance en soi. C’est être bienveillant envers soi-même! Et c’est hyper important car l’estime de soi est un pilier de la personnalité.

Nous sommes beaucoup plus forts que nous le pensons, c’est pas moi qui le dit, c’est vous!

Article précédentBEST OF : MES PLUS BEAUX SOUVENIRS DE NOEL
Article suivant2020 : VOS PLUS GRANDES RESOLUTIONS
Charlina
La phrase qui me décrit le mieux: « plaire à tout le monde c’est plaire à n’importe qui » On m’a demandé de me décrire et j’ai aucune idée de ce que je dois dire, donc on va faire simple: – 28 ans, originaire du Robert, surnommée « la râleuse », jeune urbaniste en pleine crise existentielle. – une personnalité « effet kiss cool » : soit on m’aime soit on me déteste (et franchement les gars vous savez pas ce que vous ratez hein! #jemelapète) Un second voire troisième degré nécessaire pour espérer une connexion: – adore manger, ne vit que pour des nuggets sauce curry – écrit depuis un an, enfin quand ses neurones veulent bien coopérer – ancienne pessimiste repentie essaye désormais, de voir le verre à moitié plein! Me suivre : https://mavieestunegrosseblague.wordpress.com/

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici