#Covid19 #Confinement

Ingrid  Jean-Baptiste est co fondatrice du Chelsea Film Festival*. En Mars 2019, Créola lui remettait un trophée pour sa carrière. Elle vit à New-York, ville durement éprouvée par le covid19. Nous avons voulu savoir comment elle vit cette situation au quotidien. Rencontre par visio.

Créola : New York est très touché par la pandémie, comment ça se passe dans la ville au quotidien ?

Ingrid Jean-Baptiste : La vie New Yorkaise est au ralenti et j’en suis ravie, car pour une fois, nous apprenons à prendre le temps et à apprécier le calme. Plus de sirène grinçante, écouter le chant des oiseaux tout au long de la journée est une découverte magnifique.

C: Quelle est la politique actuelle dans la ville ?

I.JB : Tous les magasins de premières nécessités ont l’autorisation de rester ouverts. Les restaurants peuvent uniquement proposer un service de vente à emporter ou de livraison à domicile. Il n’y a pas de couvre-feu mis en place par la ville ou l’Etat de New York, mais les New Yorkais semblent discipliner et préfèrent rester à la maison, car tous les bars sont fermés.

C : Comment vis-tu ton confinement ?

I.JB : Les deux premières semaines ont été très difficiles à vivre, nous étions dans l’anticipation, la panique, l’attente des premiers chiffres et la mise en place progressive du télétravail. Aujourd’hui, nous vivons une toute autre réalité et nous avons accepté la situation, en prenant beaucoup de précautions afin de rester en bonne santé.

C : : Qu’as tu mis en place pour ne pas «  craquer »? Des rituels ?

I.JB : J’ai découvert que j’étais capable de proposer des cours de yoga Kundalini, ce que je propose depuis maintenant 3 semaines gratuitement via Zoom tous les mercredis et dimanche à 11heures, (heure de New York). C’est une façon de me discipliner et d’offrir 1h d’exercice mental et physique, afin d’être ancrer dans la réalité de la situation. Je pratique le yoga depuis plus de 10 ans, c’est un vrai bonheur de partager cette passion toutes les semaines avec des gens du monde entier.

Ingrid partage des moments yoga sur l’application Zoom.
Méditation pendant le confinement. Vous pouvez participer avec Ingrid les mercredis & dimanche.

C: Comment imagines-tu l’après?

I.JB : J’en n’ai aucune idée, j’essaie tant bien que mal de vivre les moments présents et ne souhaite pas me projeter dans le futur, ce qui me donne de l’anxiété.

C : Crois-tu que les choses changeront réellement ?

I.JB :Je l’espère de tout coeur. Nous sommes tous en train d’écrire le futur. Agissons tous ensemble dans un but commun.

C : Un message à nos lecteurs & lectrices ?

I.JB : Tiembe raid pa moli. Ensemble, nous sommes plus forts !

Ingrid s’est mise à fabriquer son propre pain et utilise la recette du lien suivant :
https://bakingamoment.com/crusty-french-baguette-recipe/

Pain fait maison.

Pour suivre Ingrid: https://instagram.com/ingrid_jeanbaptiste?igshid=4r7abt2ca3mk

  • (Ingrid Jean-Baptiste est co-fondatrice du Chelsea Festival de New York, avec sa mère, l’actrice et productrice Sonia Jean-Baptiste. Avec ce festival elle souhaite représenter la diversité, découvrir de nouveaux talents et offrir une plateforme aux films indépendants du monde entier. Née à Paris d’une mère martiniquaise et d’un père pakistanais. Etudiante en Histoire à la Sorbonne, elle devient journaliste. Elle travaille à France Télévisions à Paris et pour le groupe Emap pendant 2 ans. Mais l’esprit audiovisuel, instillé par sa mère, l’actrice Sonia Jean-Baptiste, la titille. Après quelques castings, à 15 ans, elle joue pour la première fois dans un film de Patrick Chesnay où elle donne la réplique à Darry Cowl : « Une rencontre formidable ! » Décidée à s’installer aux Etats-Unis, elle part à Los Angeles. Puis, sur les conseils de sa mère, elle prépare l’Actors Studio à New York. Mais, victime d’un très grave accident de voiture en septembre 2012, elle doit modifier ses projets. Après beaucoup de patience et une longue période d’introspection, en octobre 2013, elle ouvre le festival du film de Chelsea.-Extrait de l’interview signée R.Mauconduit parue en Mars 2019 dans le Créola à retrouver sur l’application Créola pour en savoir plus)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici