Maison Zévallos, la sentinelle des Mémoires

C’est l’une des premières sucreries industrielles de la Caraïbe. A l’est du Moule, en Guadeloupe, la Maison Zévallos s’érige en exception architecturale dans le paysage créole. Un fleuron patrimonial que la famille Débibakas-Beausire s’attèle à sauver de la déshérence.

Voici le site d’une plantation de canne à sucre fondée au début du 18e siècle. L’Habitation Zévallos abrite aujourd’hui, sur ses quelque deux hectares résiduels (elle en comptait près de mille en 1802 !), les vestiges de la première usine centrale de la Guadeloupe, regroupant la production de plusieurs exploitations alentours.

STRUCTURE MÉTALLIQUE ANTISISMIQUE

Construite en 1844 par la Compagnie des Antilles, l’une des premières sucreries industrielles de la Caraïbe témoigne de l’évolution économique de l’archipel et de l’histoire de son peuplement à partir du 17e siècle. Une histoire tumultueuse, traversée par celle des premiers colons, puis des esclaves (jusqu’à la seconde abolition de 1848), puis par l’arrivée de la main-d’oeuvre d’origine indienne, en 1854.

Maison Zévallos – Photo : Aurélien Brusini

Classée “monument historique” en septembre 1990 par le Ministère de la Culture, l’Habitation Zévallos a conservé sa maison à pans de f er sur quatre niveaux (avec sa case à vent – abri cyclonique en sous-sol) dont une légende , non confirmée, attribue la fabrication aux ateliers de Gustave Eiffel. Architecte-urbaniste et auteure d’une étude sur la “Route des Habitations” pour la Région Guadeloupe, Michèle Robin-Clerc témoigne : « la Maison Zévallos, logement principal d’usine, a été construite par Auguste Duchassaing de Fontbressin, vers 1870.

Maison Zévallos – Photo : Aurélien Brusini

C’est une gracieuse construction à structure métallique, avec des remplissages de parois réalisées en briques ocre. » Après le terrible tremblement de terre de 1843 en Guadeloupe – et l’incendie qui s’en est suivi -, la création de ce type de bâtisse s’impose : « habitation coloniale avec ossature métallique, transportée sous forme de pièces détachées et résistant à la fois au séisme et à la combustion. » À cette époque, on croyait que le métal était résistant au feu. « Le système par ossature métallique et remplissages de briques est, en revanche, très résistant à la secousse sismique. La maison est doublée de bois intérieurement. »

CHANTIER DE LONGUE HALEINE

Au fil du temps, de ses nombreux propriétaires successifs, la bâtisse a souffert tant des rigueurs du climat que des aléas d’entretien d’un bâti parfois laissé à l’abandon. Jusqu’à ce qu’une famille guadeloupéenne s’attaque au projet de sa restauration.

Maison Zévallos – Photo : Aurélien Brusini

En 1999, l’amorce du projet Zévallos prend corps avec l’acquisition “coup de coeur” du domaine par Rosan Debibakas, un entrepreneur de travaux publics – et ancien propriétaire de la distillerie Delisle – dont les grands-parents, d’origine indienne, avaient travaillé leur vie durant dans la sucrerie. Mais c’est Maggy Beausire, la mère des actuels propriétaires du domaine, Patrick et Éric Debibakas (héritiers de leur père Rosan), qui lui donnera son véritable élan. Une première étude de faisabilité est confiée en 2012 à Nathalie Ruffin, architecte du patrimoine. Les travaux de sondages réalisés en différents points du bâti révèlent l’état d’usure extrême de sa charpente métallique. « 70% des éléments (ceinture périphérique du sol, poteaux des pans de fer, arc-boutant en fer, garde-corps, poteaux en fonte…) sont extrêmement corrodés, certains même proches de la rupture ! », s’alarme-t-elle alors.

Faute de gros moyens financiers mobilisables d’urgence, Maggy Beausire entreprend avec passion, avec l’aide précieuse de sa fille Isabelle, de susciter une mobilisation citoyenne tous azimuts. À force d’engagements solidaires des bénévoles de l’Association “les Amis de Zévallos”, à force de contributions financières privées en faveur de sa renaissance, l’Habitation Zévallos acquiert une dimension nationale décisive. Jusqu’à la reconnaissance de son intérêt patrimonial unique par la Fondation du Patrimoine. En septembre 2020, la “Mission Patrimoine en péril” de Stéphane Bern consacre 500 000 € à une première tranche de travaux dédiés à la réhabilitation sécuritaire de sa cheminée industrielle.

Maison Zévallos – Photo : Aurélien Brusini
Maison Zévallos – Photo : Aurélien Brusini
Maison Zévallos – Photo : Aurélien Brusini
Maison Zévallos – Photo : Aurélien Brusini

QUAND LE PASSÉ INSPIRE L’AVENIR…

L’Habitation Zévallos est aujourd’hui au coeur même du projet de développement économique et culturel du Nord Grande-Terre. Portés par la Région Guadeloupe, les travaux à venir concerneront « la restauration à l’identique de l’ensemble de la structure métallique, des boiseries intérieures, des éléments de décoration et de la charpente. »

Maison Zévallos – Photo : Aurélien Brusini

À terme, un chantier vivant revalorisera les savoir-faire traditionnels du bâti ancien (forgerons, tailleurs de pierre…). Un projet culturel de soutien visera également à accueillir un public plus large, lors de visites nocturnes animées et scénographiées. Zévallos restaurée, ce sera enfin un projet économique viable autour d’une brasserie artisanale. La réalisation du projet est subordonnée au financement de l’opération, estimé à hauteur de trois millions d’euros.

Daniel Rollé

 

Articles récents