Aujourd’hui, nous avons lu un post d’Edyna sur son Facebook.
Edyna, c’est cette jeune femme dynamique et pleine d’entrain, directrice d’une agence de communication et relations presse à la Martinique avec qui à Créola nous avons eu l’occasion de travailler à multiples reprises.
Aujourd’hui, dans son dernier post, elle est vraie  et tellement vraie que nous avons eu envie de publier son message, avec son accord bien sûr!;)
Son post le voici:
Mes 25 ans étaient sages, raisonnés. J’étais à la fois pensive et concentrée.
J’étais « la construction ».
Mes 30, 31 et 32 ans etaient insouciants excités, naturellement sous amphétamine.
J’étais « le rire ».
A 33 ans, mon cœur était brisé.
Une année source de déceptions indescriptibles et d’abandon de moi-même.
J’étais « les pleurs ».
Mes 34 ans ont conjuré le sort. La vie a repris sa place en moi et tout s’est remis à battre dans mon cœur.
Énergie, vitalité, engagement étaient bien présents.
J’étais « la renaissance ».
Mardi 9 juin 2020, j’ai eu 35 ans.
Je commence tout juste à prendre confiance en moi et à me comprendre.
Je fais le deuil des objectifs irrationnels que je m’étais imposés : ni mariée, ni en couple, ni Maman des 5 merveilleux enfants que j’espérai tant voir grandir dans une villa avec piscine.
Je suis directrice d’une agence de communication et relations presse et je suis follement entourée d’amour.
Mes 35 ans sont sereins, forts, inspirés et déterminés. Ils me rendent plus patiente, davantage à l’écoute de moi-même. Ils me dépolluent.
25 – 35 ans ?
10 ans plus tard, je suis toujours « la construction ». C’est finalement cet état permanent qui nous fait avancer.
Cette année, je suis aussi l’espoir et l’ambition.
Edyna
« On réalise rarement l’impact et la place que l’on a dans la vie des gens. On n’imagine pas non plus la façon dont on est vu, perçu. J’ai reçu de nombreux messages ce matin de filles / femmes qui m’ont remercié de cette transparence. A travers ces messages, j’ai vu de l’amour, de la tendresse, de l’affection, de la simplicité, de l’authenticité, de la camaraderie, du respect, de la bienveillance. Ainsi que des doutes, des inquiétudes et beaucoup d’interrogations partagées par celles qui m’ont écrit. »Je suis rassurée » et « je me sens moins seules » m’ont-elles dit…
📷 Don Carmello
(photo 35 ans, veste jaune)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici