La Presqu’île de la Caravelle en Martinique : la Nature en Trésor

LA RÉSERVE NATURELLE NATIONALE DE LA PRESQU’ÎLE DE LA CARAVELLE CACHE EN SON SEIN UN TRÉSOR. DÉCOUVERTE À PAS FEUTRÉS DE LA BAIE ÉPONYME.

La première volée de marches plongeant dans la forêt tropicale sèche est une invitation à l’aventure… En toute discrétion, pour de belles observations. Ici, la diversité des milieux que nous rencontrons (savanes herbacées, forêts sèches, mangroves et forêts d’arrière-plage) a permis la survie de plusieurs espèces animales et végétales endémiques, rares et fragiles. Entre courbarils, bois-rouge ou acomats francs aux larges contreforts caractéristiques, un couple de moqueurs à gorge blanche, farouches, s’engouffre sous un raisinier grande feuille de la Caravelle qui ne pousse que dans la réserve. Le sous-bois xérophile, lumineux et aéré, s’ouvre alors en surplomb de la mangrove.

Photo : Aurélien Brusini

Sur le sol volcanique, la langue de terre ocre du sentier serpente entre fourrés et étang bois-sec jusqu’à un petit kiosque, délicieux tant pour l’ombre qu’il procure que pour la vue qu’il nous offre sur ce paysage limoneux, domaine privilégié des palétuviers.

Gris en amont, blanc, noir puis rouge en bord de mer : toutes les espèces sont ici représentées. Voici les seuls arbres capables de pousser en bordure de mer tropicale sur un sol immergé, salé voire anoxique. Chaque espèce se répartit par zone selon le degré (parulines jaunes), gangans (coulicous manioc – en photo NDLR) et caialis (hérons verts) régalent nos oreilles de leurs chants et notre regard de leurs envolées. La terre rouge s’assombrit puis s’efface sous une longue passerelle et nous disparaissons dans un labyrinthe de racines aériennes, jusqu’au rivage. La mer s’engouffre doucement, par ondes, sur le sol vaseux, refuge des mantous (crabes de mangrove). Nous restons subjugués par l’enchevêtrement des palétuviers, si dense qu’ils semblent faire corps !

Photo : Aurélien Brusini

Rejoindre la baie du Trésor, très sauvage, nous amène ensuite à revenir dans les forêts sèches d’arrière-plage, royaume des crabes de terre : ils sont des milliers à s’évanouir dans leur terrier, au fur et à mesure de notre avancée. Puis le couvert végétal s’éclaircit et nos pas foulent un sable gris d’une grande finesse. Baignade idyllique dans l’eau chauffée par le soleil. Dès le premier mètre immergé, nous sommes au coeur d’une véritable pouponnière : poissons et lambis grandissent ici en toute quiétude… La jeune gymnaste Mélanie de Jésus Dos Santos a eu raison de nous conseiller la balade !

Effet « mini-planète » de la baie du trésor en Martinique (Aurélien BRUSINI)
Photo : Aurélien Brusini

Pratique

Niveau : facile (prévoir de l’eau)
Accès : traverser le bourg de Tartane, poursuivre la route jusqu’au niveau du restaurant « Le Phare », puis emprunter la route forestière aboutissant à un petit parking.
Départ sur la gauche avant l’entrée du Château Dubuc.
Distance : 3 km (avec accès plage)
Dénivelé : 50 m Durée aller-retour : 1h30 (petit sentier).
Prévoir 2h pour accéder à la plage de la baie du Trésor.
Intérêts à proximité : Les ruines du Château Dubuc, une ancienne exploitation agricole, se visitent (accès payant).
Remarque : Kiosque en surplomb de la mangrove, idéal pour s’abriter du soleil… ou des grains !

Véronique Brusini

Articles récents