Tatou, tatou quand tu nous tiens !

Mode ou vraie passion, le tatouage est un art qui ne s’essouffle pas.

Un matin, à 20 ans, j’ai réalisé que : « Waye ! Pa ni manman , pa ni papa, je fais ce que je veux ! »

Ma petite rébellion ayant sonné, je me suis précipitée chez un tatoueur.

J’avais une idée bien précise de ce que je voulais : en fait je n’en avais AUCUNE idée.

Excuse Me What GIF - Find & Share on GIPHY

Je m’explique : si je n’y allais pas immédiatement, adieu Miss Emancipation et welcome back to Miss Gentille Fifille !

Me voilà donc devant le tatoueur et là, je dis, après une très brève réflexion : « un papillon avec des lianes ou des trucs du genre tout autour ! »

 

Avec le recul et deux cover-up1, je peux dire :

  • Faisons la différence entre le tatouage intemporel et le tatouage à la mode … la mode passe, on s’en lasse… mais le tatouage, lui, s’en fiche ! Il reste !

 

  • Réfléchissons bien avant de passer à l’acte ? Personnellement, je pense qu’un peu de folie ne fait de mal à personne ! C’est pourquoi le point suivant est très important.
  • Quoiqu’il arrive faites-en un petit…c’est plus facile à couvrir. Sinon faites-en un gros qui vous plaira malgré le poids des années.
  • Le poids des années, parlons-en ! Projetons-nous… mon ancien tatouage, le papillon avec des lianes… à 20 ans il ressemblait à un dragon (j’aime mes amis)

A 70 ans…qu’est ce que ça aurait donné ? Un manikou entouré de ses petits ?

 

(1) : on couvre la faute de goût Dieu merci !

Article précédentJ’irai voir Harry!
Article suivantErik Pedurand en concert

Articles récents