Dina Benouet, c’est de la Dina-mythe !

Vous pensez peut-être ne pas la connaître et pourtant vous l’appréciez déjà : Dina Benouet est, entre autres, l’animatrice des réseaux sociaux de votre magazine. C’est elle qui vous fait partager nos découvertes et vous introduit dans les événements qui font l’actualité culturelle de l’archipel. Aujourd’hui, pour vous, c’est elle qui se découvre…

Créole jusqu’au bout des oreilles, Dina est un sourire, une étincelle, un rire flamboyant, sculptant de ses courbes sa robe mouvante de wax rouge. Elle porte le nom du prochain cyclone qui débarque en septembre dans le 6/9 d’NRJ, celui de la tempête annoncée en kreyol sur 1,2,3 rentrée. Car s’il y a bien un concept qui lui est cher, c’est celui d’« énergie vitale », celle qui se vit pleinement et se partage sans modération, à l’heure numérique. Originaire de Trois-Rivières, Dina cultive un parcours éclectique : son BTS d’assistante de direction en poche, elle met ses services au profit du centre régional d’information jeunesse (CRIJ) pendant 18 ans, propage ses messages d’amour avec le groupe carnavalesque Kasika, avant de se muer en assistante de production, de prêter sa voix dans des reportages TV ou d’animer des karaokés – une de ses grandes passions. A l’orée de la quarantaine rugissante, Dina le clame haut et fort : « Je fais tout, je n’ai peur de rien ! »

Pétillante et audacieuse touche-à-tout, en 2019 elle tombe sous le charme de l’expression forte et sans concession des artistes de rue et autres graffeurs invétérés ; en premier lieu, Pacman, dont les nombreuses fresques couvrent parfois des immeubles sur toute leur hauteur, particulièrement à Pointe-à-Pitre. Clin d’oeil à cette démesure, ne déclare-t-il pas lui-même, dans une de ses dernières créations : « l’important n’est pas d’être grand, c’est d’être à la hauteur » ? Ils se rencontrent sur le World Kreyol Festival Art, dont Pacman est à l’initiative et pour lequel Dina est engagée. Le feu sacré de la création prend immédiatement et c’est la raison pour laquelle elle nous donne aujourd’hui rendez-vous sur les lieux mêmes du festival, rue Jean Jaurès. Symbole de son dynamisme féministe, le portrait de femme qui la surplombe fièrement arbore la maxime « une seule femme est plus forte que mille hommes ». Une force intérieure qui la porte à travers ses activités d’animatrice micro, activatrice d’ambiance et community manager au sein de sa nouvelle structure : Dynamik Network. Et quand elle n’est pas derrière un micro ou son smartphone, Dina aime se ressourcer à la rivière et déguster des dombrés, car elle sait, à l’image de son archipel, rester fidèle à sa devise : authenticité, dynamisme, culture…

Texte : Véronique Brusini
Photos : Aurélien Brusini

 

 

Articles récents